Claude Gueuille est un projet indie-pop qui se décline en wallon. Et il nous propose son premier single, "Coumère". Ce projet veut, selon l'artiste, présenter le wallon comme une langue à part entière, en faisant oublier le côté ‘baraki’ qui lui colle à la…

logo_musiczine

« How to burn », c’est le titre du nouvel elpee de The Afghan Whigs, dont la sortie est prévue pour le 9 septembre 2022. Il s’agira de son 9ème opus. La pandémie mondiale a contraint les musicos à bosser séparément et dans des lieux différents : Greg Dulli,…

Langues

Trouver des articles

Suivez-nous !

Facebook Instagram Myspace Myspace

Fil de navigation

concours_200

Se connecter

Nos partenaires

Lokerse Feesten 2021 : dimanche 1er août Spécial

Écrit par

Enfin le tout premier festival partiellement déconfiné pour votre serviteur, en 2021 ! Le Lokerse Feesten s’est paré de toutes ses belles couleurs. La Groote Kaai est resplendissante. 1 500 bénévoles ont été délégués au service des festivaliers pour veiller aux distanciations sociales ainsi qu’au port du masque. Les consommations sont demandées par scan du code QR. Chaque table dispose d’un code différent et on vient vous servir à table. La foule est estimée à plus ou moins 1 600 spectateurs. Vu les restrictions liées au déconfinement, ce 3ème jour de festival est décrété sold out. Pas étonnant, quand on sait qu’au Nord de la Belgique, Arsenal draine un public assez conséquent. C’est d’ailleurs la tête d’affiche. Le supporting act est assuré par Tin Fingers (Trad : doigts d’étain) et la soirée s’achèvera par le Dj Bart Vermandere.

Formation anversoise, Tin Fingers pratique une pop vintage, catchy et terriblement efficace. Les musicos se connaissent depuis les bancs de l’école.  Leur premier elpee, « Groovebox Memories », est paru en juin 2021.

Le chanteur/guitariste/claviériste, Félix Machtelinckx, est également le leader de la formation. Après avoir gravé l’excellent Ep « No Hero », en 2017, elle a pris une pause et Félix s’est mis au service d’Arsenal pour écrire quelques chansons.

Félix se plante au milieu du podium, devant son clavier. Il est épaulé par le guitariste Quinten De Cuyper, le drummer Marnix Van Soom et la jolie bassiste Trui Amerlinck (elle remplace Simen Wouters), qui se charge également des   backing vocaux.

Planté au fond du chapiteau, le light how est assez impressionnant. Il se compose de six rampes de triangles led et en hauteur d’une vingtaine de spots multicolores qui se focalisent sur les artistes.

« Red Socks » ouvre le set. Combinant des outils de séquençages intégrés qui restituent des sonorités de batterie, de basse synthé et de samples, la groove box est omniprésente. Une machine qui semble bien rôdée.  

Malgré de belles envolées vocales et des beats électroniques assez puissants dispensés pendant « Happy Family » et « Red Socks », il n’y a pas grand monde, dans le public qui ose le pas de danse. Même pour « I Am Lost Without Love », une chanson poursuivie par des sifflements de bout en bout. Avant d’attaquer « Privacy », Félix empoigne une gratte semi-acoustique mais ne s’éloigne guère de sa dreambox. La voix de Félix devient carrément fascinante tout au long du paisible « Fomo For Kids ». A vous flanquer des frissons partout ! Douce, grimpant parfois dans les aigus et surtout mélodieuse, son amplitude navigue à la croisée des chemins d’Antony Hegarty, Klaus Nomi, Blaudzun ou encore Thom Yorke. De fameuses références ! Et puis, elle est capable de belles envolées. Une certaine forme de mélancolie envahit régulièrement la dream pop de Tin Fingers ; et ce spleen prend parfois un ton plus sombre, se référant même au suicide…

Quinten et Trui nous réservent régulièrement de belles harmonies vocales ; et elles enrichissent notamment « Wish », un morceau balisé par les ivoires, bien que l’électro ne soit jamais loin. Un set qui a même semblé trop court ; preuve qu’il était de toute bonne facture…  

Setlist : « Red Socks », « Glow », « I Am Lost Without Love », « Privacy », « Fomo For Kids », « Wish », « July », « Happy Family », « Countryside ».

Après plus de 20 ans de carrière, Arsenal est devenu l’archétype du groupe festif et dansant. Ce qui explique, sans doute, pourquoi il est régulièrement invité lors de festivals majeurs (Werchter, Pukkelpop, Couleur Café, Rock Ternat, …) ou qu’il est capable de remplir l’AB, 6 soirées, sur une courte période. En outre, à Lokeren, John et Hendrik sont à la maison ! 

Arsenal débarque à 21 heures. Et il est déjà chaleureusement applaudi. Ce soir, la troupe va largement puiser au sein de son nouvel album, « The Rythm Of The Band », pour la setlist. Lorsque la pandémie a éclaté en Chine, John Roan et Hendrik Willemyns étaient à Chongqing, à quelques kilomètres de Wuhan, pour y préparer le tournage d’un film (‘Birdsong’). Ce voyage faisait partie d’un périple que le tandem avait organisé pour évaluer la place de la musique dans le monde contemporain…  

Ils sont nombreux sur les planches. Longs cheveux au vent, Bruno Fevery se charge de la guitare électrique. Les choristes Paulien Matheus (‘The Voice’ 2013) et Judith Okon s’installent derrière lui. Le drummer Dirk Loots siège en retrait. Le bassiste Mirko Banovic, l’excellent percussionniste David Donat (Suarez) la chanteuse Léonie Ghysel complètent le line up. Sans oublier John Roan et Hendrik Willemyns. Une ‘pintje’ toujours à portée de main, ce dernier se charge, comme d’habitude, des synthés et de machines, alors que John se multiplie aux quatre coins du podium.

« Rise & Fall » ouvre le bal. Paulien au lead vocal et les percus déjà bien euphorisantes, la compo baigne au sein d’un climat afro. Après « Amplify », John se pointe en saluant la foule de la main. On reste en Afrique, mais de l’ouest, pour « Amelaka Motinga ». Léonie suit sur la pointe des pieds. Plus discrète, elle est souvent relayée par Paulien. Direction le Brésil à travers « Saudade II ». Et la folie qui règne sur la scène se communique à l’auditoire, comme une traînée de poudre. « Animal » est interprété dans la langue de Voltaire. Davantage electro/funk, « Temul (Lie Low) » met le cap sur le pays au Soleil Levant. Paulien prend les commandes derrière le micro. Le jardinier d’Arsenal, Félix (rires), prête sa voix pour une chanson. Une pluie de hits va ensuite s’abattre sur le public « High Venus », « Estupendo », « Longee », « Black Mountain », avant de s’achever triomphalement par « Lotuk ».

Le rappel est inévitable, même s’il est programmé. Moment au cours duquel Arsenal va nous réserver « Some Times » et « Melvin ». Arsenal a gagné la coupe haut la main ! Prochain match au Lotto Arena d’Anvers le 12 décembre 2021. Comme dans le passé, sans masque, ni distanciation sociale…

Pas de prolongation pour votre serviteur, la rencontre est terminée…

Setlist : « Rise & Fall », « Amplify », « Amelaka Motinga (L) », « Saudade Ii (L) », « One Day At A Time (L) », « Wanderer (F) », « Animal (F) », « Temul (Lie Low) », « High Venus », « Estupendo (L) », « Bend In The River (L) », « Longee (L) », « Black Mountain (L) », « Lotuk (L) ».

Rappel : « Sometimes », « Melvin »

(Voir aussi notre section photos ici)

(Organisation : Lokerse Feesten)

D.J. Bart Vermandere + Arsenal + Tin Fingers

Informations supplémentaires

  • Date: 2021-07-31
  • Festival Name: Lokerse Feesten
  • Festival Place: Grote Kaai
  • Festival City: Lokeren
  • Rating: 7
Lu 475 fois