La lumière destructrice de Cassandra Jenkins…

A l’instar de l’univers, le monde de My Light, My Destroyer est en constante expansion. Le troisième elpee de Cassandra Jenkins, qui sort le 12 juillet chez Dead Oceans, promet d'atteindre les limites de la nouveauté, avec une palette sonore plus large que…

logo_musiczine

L’ostréiculture de Quivers…

La formation australienne Quivers sortira son troisième long playing, « Oyster cuts », ce 9 août 2024. Ses deux premier elpees ont été salués par les musicos de R.E.M. ! Faut dire que sa jangle pop rêveuse et délavée par le soleil est parfois susceptible de…

Trouver des articles

Suivez-nous !

Facebook Instagram Myspace Myspace

Fil de navigation

concours_200

Se connecter

Nos partenaires

Nos partenaires

Dernier concert - festival

DRAHLA
billy_talent_ab_08

Dormer.

Concerning you

Écrit par

Originaire de Toronto, Charlie Berger est un personnage singulier qui a choisi pour patronyme de son dernier projet, Dormer. Il milite au sein d ‘un tas de formations inspirées du shoegaze, telles que Soft Wounds, With Hidden Noise, Tonemirror, Lacquer et Slowly ; en outre, il a fondé un label DIY baptisé Lossleader.

« Concerning you » constitue le troisième opus de Dormer., mais le deuxième d’une dilogie, dont le premier s’intitule « Concerning me » et était paru l’an dernier.

Ce nouveau long playing propose une autre collection de chansons discrètes faites par un type discret dans une pièce discrète.

Indolente et véhiculant des paroles sur le sentiment de solitude et d’être déconnecté du monde, ses compos sont chargées de spleen.

On pourrait facilement qualifier sa musique de slowcore, ce qui peut se comprendre, puisque dans le passé, il a bossé en compagnie des membres de Low.

Extrait de cet album, « Wake » est en écoute ici 

Podcast # 41 émission Inaudible (cliquez sur le logo ci-dessous)

deary

The moth (single)

Écrit par

Responsable d’une forme de dream pop, deary est un duo londonien réunissant Ben Easton et Rebecca 'Dottie' Cockram.

Son nouveau single, « The Moth », a été coproduit par le groupe et Iggy B de Spiritualized. Une compo à la mélodie saisissante qui baigne au sein d’une atmosphère sombre, dévorante, mais directe. Sur un breakbeat strident, les guitares mugissantes ou chatoyantes scintillent, telles des lames dégainées, alors que la ligne de basse devient menaçante.

Une véritable métamorphose, par rapport aux singles et aux deux Eps (« Fairground », et un éponyme en 2023), parus à ce jour.

Ben Easton s’explique :

‘Nous nous sommes beaucoup concentrés sur le rythme et la syncope mais également sur les contre-mélodies et les percussions à contretemps.

 C'est très dense et immédiat, avec peu d'espace pour respirer, ce qui accentue le au climat claustrophobe du morceau...’

La vidéo de "The Moth" est disponible là 

Podcast # 41 émission Inaudible (cliquez sur le logo ci-dessous)

swan•seas

Songs in the sky of blue

Écrit par

swan•seas, c’est le projet de Corrado Angelini, le chanteur/guitariste du groupe Nostalgics.

« Songs in the Key of Blue » constitue le premier opus du Milanais, un disque dont la musique évolue au sein d’un paysage indie rock turbulent, réminiscent des 90’s, subtilement infusé de textures shoegaze et dream-pop.

Si la structure repose sur un classique guitare/basse/batterie, l’expression sonore est enrichie d'éléments électroniques et de boîtes à rythmes. Les mélodies s’attardent comme des secrets chuchotés, les synthés s’insinuent délicatement, et brumeuses, les tonalités de sixcordes se mettent à tourbillonner.

La vidéo consacrée à « Fuzzy feeling » est disponible ici 

Podcast # 41 émission Inaudible (cliquez sur le logo ci-dessous)

Stella Sleeps

Undisclosed location

Écrit par

Signé sur le label parisien Icy Cold, écurie au sein de laquelle milite également le très prometteur V V & the Void, Stella Sleeps vient de sortir « Undisclosed location », son second elpee. Il fait suite à « Anemic city », paru en 2022.

Originaire de Vänersborg, en Suède, on sait pas trop d’il s’agit d’un projet ou d’un véritable band.

Alternative, sa musique fusionne un bel éventail de rock underground : dark et cold wave, post punk, dreampop, shoegaze et la liste est loin d’être exhaustive. A la fois esthétique, ténébreuse, délicate, mais efficace, elle se distingue par ses traversées éparses de sonorités de guitares ‘miaulantes’ et empreintes de mélancolie…

Issu de cet elpee, « Turnmoil » est en écoute

Podcast # 41 émission Inaudible (cliquez sur le logo ci-dessous)

Hellfest 2024 : du 27 au 30 juin

Écrit par

La 17ème édition du Hellfest était attendue depuis un an ; et enfin, le jour ‘H’ est arrivé. Le retour en terres clissonnaises, l'avènement de la grande messe du metal va commencer.

Clisson s'est affublée de ses plus beaux apparats pour accueillir la horde de métalleux venus de tous horizons pour assouvir leur soif de musique extrême.

Mais ne nous attardons pas sur la ville et plongeons rapidement au cœur du sujet en décrivant les changements apportés à l'organisation depuis la dernière édition.

Au rayon des nouveautés et améliorations du site cette année, comment ne pas citer l'arrivée de la Gardienne des Ténèbres ?

Gigantesque machine issue des ateliers de la Compagnie La Machine, la créature a établi ses quartiers en plein centre du site, là où se trouvaient précédemment les brasiers.

Aux détours d'un concert de headliners, les festivaliers s'y rassemblent, comme émerveillés par la prouesse technique et la beauté de la machine.

Impressionnante quoi qu'inerte en journée, c'est vers 22h que la mécanique prend vie, animée par les mains habiles d'une équipe d'au moins 5 personnes.

Du contrôle des pattes métalliques, à l'animation de la tête et du visage en passant par les déflagrations et autres jets d'eau, tout ce petit groupe s'affaire le temps d'une demi-heure pour insuffler une aura menaçante à cette chimère haute de 10 mètres.

On repère également, niché au sein de l’Extreme Market, le stand de l'Atelier du Grand Chic. L'endroit idéal pour vous procurer des posters exclusifs de concerts du Hellfest.

Un passage presque obligatoire cette année vu la qualité des designs proposés.

Moins notable mais tout aussi agréable, le renforcement des navettes de bus entre le parking ouest et le site est à féliciter. Même si des files sont toujours inévitables aux moments clés, comme lors de la fin des concerts de headliners, les files sont moins importantes et largement plus supportables quez lors de l'inauguration du parking, il y a deux ans.

Cette édition de tous les extrêmes nous accueille sous une chaleur accablante. C'est par 34° que le site s'ouvre et commence à vivre les premiers concerts, à commencer par la prestation d’Asinhell sur la Mainstage. Une mise en bouche agréable avant d'entamer les réelles hostilités ; et c'est bien par le concert de Thrown que les échauffourées commencent, suivies de près par le plus grand wall of death asséné par le groupe russe Slaughter to Prevail, mené par Alex Terrible.

Fort heureusement, le reste de cette journée d'ouverture sera plus posé grâce à la darkwave de (Dolch) et le post-rock éthéré de Sylvaine, programmés sur la Temple, avant d'enchaîner et conclure la journée par le rock de Green Lung, Graveyard et All Them Witches sur la Valley.

Le deuxième jour s'annonce plus doux, même si le thermomètre affiche toujours 30° Celsius. Une douceur bienvenue et accompagnée par la fraîcheur des embruns de la marée portés par Houle.

La formation parisienne signée chez Les Acteurs de l'Ombre donne le ton et s'impose sans problème en dispensant les morceaux de son premier Ep sur la Temple.

Autre moment marquant : le concert de The Devil's Trade, caractérisé par la voix envoûtante de son leader, Dávid Makó.

Le hardcore n'est évidemment pas en reste puisque deux des meilleurs concerts du genre se déroulent sur la Warzone : ceux de la formation australienne Speed et américaine, Harm's Way.

De leur côté, les amateurs de metal progressif sont heureux de profiter des sets de Klone, mais aussi et surtout de Ne Obliviscaris. La journée se conclut enfin par Biohazard, band de hardcore américain que l'on ne présente plus.

Nos plus grands espoirs reposent sur la troisième journée. C'est sur la Valley que se produit le légendaire Mr. Bungle, Julie Christmas et Chelsea Wolfe, suivis de près par Kvelertak et Brutus.

C'est aussi malheureusement le jour où la météo choisit d'être la moins clémente, transformant rapidement le site en parc aquatique.

Il en faut cependant plus pour décourager les métalleux qui ont attendu toute l'année pour profiter de cette affiche.

En guise d'ouverture et profitant d'une courte accalmie de la pluie de début de journée, les Danoises de Konvent se produisent sur la Warzone.

Un répit de courte durée qui s'étendra jusqu'aux prestation de Brutus, dont l'affluence a littéralement condamné toute forme d'accès à la Valley, et de Kvelertak, avant que la pluie torrentielle ne reprenne pendant les prestations de Chelsea Wolfe et surtout de Mr Bungle.

Cerise sur le gâteau, après cette journée qui aura mis l'endurance des festivaliers à l'épreuve : le set de Julie Christmas. Elle offre tout simplement le meilleur concert de cette édition, aux côtés de Johannes Persson.

Enfin, cette troisième journée s’achève par Suicidal Tendencies, tandis que la plupart des festivaliers quittent le site après le show de Metallica.

Pour conclure, nous entamons cette 4ème et dernière journée de festival, principalement cette fois encore sur la Warzone. C'est en effet sur ce podium que se déroulent les sets les plus notables ; en l’occurrence ceux de Sorcerer, Gel, Scowl, Show me the Body et évidemment Madball. Mais au sec, cette fois !

Notre coup de cœur de la journée ira cependant à celui de Crosses sur la Valley.

Commençant en grande pompe, la formation doit malheureusement faire face à un problème technique interrompant brusquement sa prestation.

La déception des festivaliers est grande, mais quelques minutes avant la fin prévue du set, le band remonte sur les planches et interprète quelques titres, outre le court bain de foule accompli par Chino Moreno. Un ascenseur émotionnel qui marquera certainement les mémoires.

C'est ainsi que nous quittons le site du Hellfest pour la dernière fois de cette année, sur fond de la voix de Dave Grohl des Foo Fighters qui se produit sur la Mainstage.

Une édition grandiose qui confirme une fois de plus l'hégémonie du festival parmi tous ceux du genre.

Si certains lui reprochent d'avoir pris une trop grande envergure, il n'en reste néanmoins l'un des plus dignes représentants de la scène metal, et offre encore et toujours une programmation de pointe, qui ravit tant les amateurs des groupes plus populaires que ceux qui sont en recherche de découvertes musicales et se cantonnent aux petites scènes.

(Organisation : Hellfest)

Pour les photos, c’est ici

 

 

Nile Rodgers

La musique est ma vie, ce que je respire, mon oxygène…

Écrit par

Légende vivante du disco, qu'il a grandement contribué à populariser, Nile Rodgers est un auteur, compositeur, arrangeur, producteur et guitariste, qui a fondé le groupe Chic en compagnie du regretté bassiste Bernard Edwards. Cet ancien Black Panther –il a notamment bossé avec David Bowie, Madonna ou Diana Ross– continue à inspirer et à collaborer auprès des jeunes générations, et notamment Daft Punk, Sam Smith et Lady Gaga. A 72 ans, et malgré deux cancers, l'inventeur du ‘Freak’ continue à se produire ‘live’ et prend toujours du ‘good time’...  Let's dance !

Bernard Edwards et vous formiez le cœur de Chic. Depuis sa disparition en 1996, ressentez-vous sa présence lorsque vous vous produisez en concert ?

Parfois... selon les chansons et l'ambiance.

Mes sentiments pour Bernard me suivent constamment, même sans musique. Je pense souvent à tout ce que nous avons vécu ; à nos hauts comme à nos bas, et à notre première rencontre... 

Mais, ayant survécu à deux cancers, désormais, lorsque je monte sur les planches et regarde la foule, la première chose que je vois, ce sont des milliers de personnes qui m'ont aidé à m'en sortir. Je les considère comme des amis, des proches qui tiennent à moi et m'ont soutenu durant la maladie. C'est une sensation bouleversante....

Vos deux cancers ont-ils déclenché chez vous une sorte d'urgence de création ?

Non, la musique est ma vie, ce que je respire, mon oxygène. Et de temps à autre, j'ai envie de la capturer et de la transformer en composition que d'autres puissent entendre. La plupart du temps, je compose juste pour moi. Je m'assois, je joue avec la musique... je m'amuse tellement et me sens en paix. Je ressens toutes sortes d'émotions. Et parfois, je me dis : ‘Tiens, je suis occupé d'écrire une chanson que d'autres pourraient écouter’.

Croyez-vous à l'effet curatif de la musique ?

Oh mon Dieu, oui ! S'il n'y avait pas eu de musique dans mon existence, honnêtement, je ne crois pas que j'aurais surmonté mes deux cancers. La première fois, j'ai eu peur. Je n'arrêtais pas de pleurer. 

Bon, je ne souhaite pas avoir l'air d'une sorte de super héros ; mais, la deuxième fois, j'ai eu l'impression d'avoir un rhume. Je ne me suis même pas inquiété (il rit) !

Est-il vrai que le patronyme Chic se réfère à Roxy Music et Brian Ferry ?

Oui, c'est une trouvaille de Bernard Edwards. Mais je n'avais jamais vu un groupe s'habiller de manière aussi classieuse sur scène !

Je suis issu d'un milieu hippie ; au départ, tout ce que nous portions le matin correspondait à ce que nous allions arborer en ‘live’, le soir même (rires).

Lorsque j'ai assisté au concert de Roxy Music, à Londres, qui était le groupe préféré de ma copine de l'époque, j'ai d'abord vu un public magnifiquement fringué, puis surgir ces musiciens tirés à quatre épingles. De plus, Brian Eno imposait un son immersif. J’ai ainsi assisté à ce que je considère comme une expérience musicale totalement artistique et en effet immersive. 

J'ai tout de suite appelé Bernard et lui ai confié : ‘Mec, il faut que nous incarnions la version noire de Roxy Music et se montrer dans des vêtements créés par de grands couturiers’.

Il faut se rendre compte qu'au cours de cette période, tout le monde s'habillait comme les Jackson Five et exécutait la même chorégraphie. Au sein de Roxy Music, chaque membre avait sa propre personnalité, même si c'était un groupe.

À l'époque, nous nous appelions Big Apple Band. Mais un type de mon école avait sorti une chanson intitulée « A Fifth of Beethoven » qui figure dans la b.o. de "Saturday Night Fever" ; il avait choisi pour nom de scène, Walter Murphy and The Big Apple Band. Le public confondait...

Bernard a alors proposé d’opter pour Chic, puisque nous étions vêtus de vêtements chics. Le batteur, Tony Thompson et moi, avons estimé cette idée, au départ, drôle et saugrenue, et puis finalement...plutôt cool !

La légende voudrait que l'enregistrement de l'album "Let's Dance" de David Bowie ne se soit pas bien déroulé…

Ah bon ? "Let's Dance" est l'album le plus facile que je n'ai jamais produit de ma vie. J'ai mis en boîte toutes les démos de "Let's Dance" en deux jours, en Suisse. Lorsque je suis revenu en Amérique, j'ai enregistré le long playing en 17 jours, et tout en une seule prise. Une pour les solos de guitare de Stevie Ray Vaughan, une pour la voix de David... tout en une seule fois !

Quel est le lien entre le disco et le mouvement des Black Panthers auquel vous adhériez ?

La première fois que je suis entré dans ce club disco éphémère situé au croisement de Soho, China Town et East Village, où vivait la grande communauté gay new-yorkaise, j'y ai croisé toutes sortes de personnes : homos, hétéros black, portoricains, blancs...

Je n'arrêtais pas de penser à nous, les Black Panthers qui défendions l'unité. Tout le monde oublie que notre slogan était ‘Black power to Black People, Brown Power to Brown People, White Power to White People’. ‘Tout le pouvoir au peuple’, c'était notre devise.

Alors, quand je suis entré dans ce club et que j'ai vu toutes ces personnes différentes danser à n’importer quelle heure sur le "Love to Love You" de Donna Summer, "San Francisco" de Village People, et "Girl, You Need A Change of Mind" d’Eddie Kendricks, j’ai vraiment été frappé. Donna Summer et sa chanson étaient sexy ! Village People incarnait la communauté gay hardcore ! Eddy Kendricks chantait ‘All men don't discriminate this man emancipates. Now I am for women's rights, I just want equal nights. Girl you need a change of mind’

Tout ce que les Panthers et moi défendions figurait dans ces trois morceaux que le DJ mixait sans pause. J’en ai conclu : ‘C'est le monde auquel je souhaite appartenir. Je veux faire partie de cet univers connecté dans lequel nous opérons ensemble, même si nos philosophies diffèrent. Il y a cette sorte d'amour qui nous unit.’ Aucun autre genre musical ne ressemblait à ce concept...

Grâce au le disco, on pouvait être gros, moche, noir, portoricain ou gay... peu importe !

Nile Rodgers et Chic se produiront le 15 juillet dans le cadre du Gent Jazz www.gentjazz.com

Rock in Bourlon 2024 : du 23 au 25 juin

Écrit par

Il y a déjà 2 semaines que le Rock in Bourlon a clôturé sa 12ème édition.

Une édition qui a vu défiler pas moins de 5600 personnes au détour de la rue de l'Abbaye, nichée au cœur de la petite bourgade de Bourlon.

Même s'il se cantonne à un site de petite taille, le Rock in Bourlon a tout pour rivaliser avec les plus grands festivals du genre.

La proximité est l'un des atouts de l'événement. Disposant de deux scènes, l'une de grande taille accueillant les headliners et une seconde plus modeste à l'arrière, le festival plaît par sa taille humaine.

L'affiche n'est cependant pas en reste ! Le line-up propose d’ailleurs des pointures du genre.

L'ouverture de la première journée est expérimentale et révèle deux formations polonaises. Tout d’abord Cisnienie qui, par les sonorités atypiques de son post-rock jazzy, pimentées par les interventions d'un violon et surtout d'un saxophone baryton. Et dans la foulée Krzta, qui prodigue son mathcore sur les planches du Paon. Enfin, Ni enfonce le clou en nous réservant un autre set mathcore complexe et déjanté qui est et restera l'un des points forts de la journée. Une accalmie s'ensuit lors les concerts de Iffernet et Spotlights, mais aussi et surtout de Morne. Cette première journée est couronnée par le set noise-rock intriguant d’Oxbow, dont les morceaux s'enchaînent au même rythme que l'effeuillage de son chanteur.

Au second jour, Queen(Ares) ouvre le bal sur la main stage, avant de céder le relais au band américain, Witching.

Mspaint constitue assurément la découverte de la journée. Son post-hardcore issu tout droit des States fait mouche. Sur le deuxième podium, les combos de hardcore s'enchaînent : Calcine, Jodie Faster, Jive Bomb et Worst Doubt.

C'est Zeal & Ardor qui conclut cette seconde journée en beauté en dispensant un set toujours aussi efficace.

Enfin, Ladeulas, Kanaan et Arabrot vont marquer le troisième jour de leur empreinte. Sans oublier Maud the Moth, dont le spectacle est offert au sein de l'église, située non loin, sur la place voisine.

Mais le festival ne fait pas la part belle qu'aux musiciens en proposant des expositions et des stands d'artistes en tous genres. De quoi vous procurer des affiches, cartes postales et autres œuvres de créateurs locaux.

Comment ne pas mentionner également la qualité de la nourriture ? Le festival étonne par son offre végan exquise. Au menu de chaque jour, deux plats différents pour le plus grand plaisir des festivaliers.

Les carnivores trouveront aussi leur compte en accédant au barbecue voisin ou en commandant le localement célèbre sandwich camembert et lard (à goûter absolument) !

En combinant tous ces éléments, on comprend mieux pourquoi l’ambiance est détendue ; d’autant plus que l’accueil est soigné aux petits oignons, et le tout, couronné par des concerts de haute voltige.

Loin de la folie des grandeurs des gigantesques festivals de chaque été, on y retrouve de la convivialité et on oublie le stress pour rester dans une bulle, hors du temps, l'espace de quelques jours.

Rendez-vous le 27, 28 et 29 juin prochains pour la prochaine édition d'un festival qui, de toute évidence, fait désormais partie des incontournables de l'été.

Pour les photos, c’est ici

(Organisation : Rock in Bourlon)

Festival au Carré 2024 : jeudi 04 juillet

Écrit par

Le Festival au Carré se déroulait cette année du 28 juin au 7 juillet dans la ville qui a été Capitale européenne de la Culture, en 2015, Mons.

Il y en a pour tous les goûts. Ainsi, cette vingt-troisième édition propose du théâtre, du cirque et de la danse en plein air pour (re)découvrir le patrimoine montois, des révélations musicales intimes, fantasques ou inattendues, des moments où l’on danse follement, un temps unique dédié aux familles et puis une grande terrasse pour se retrouver durant les longues soirées d’été en fonction des conditions climatiques bien difficiles, rencontrées ces derniers temps. Bref, même les plus difficiles vont y trouver leur compte.

Une fois n’est pas coutume, au lieu de se focaliser sur la tête d’affiche, votre serviteur a choisi de suivre des artistes méconnus, incongrus ou iconoclastes. Ce 4 juillet, Françoiz Breut est à l’affiche, une Bruxelloise d’adoption.

Elle a l’honneur de se produire à la Maison Folie, une ancienne école devenue lieu culturel et citoyen qui a pour vocation principale de créer des liens. Tout simplement.

Dogbowl assure le supporting act. Un vieillard d’une soixantaine d’années aux cheveux hirsutes ressemblant à s’y méprendre à Christopher Lloyd, alias le docteur Emmett Brown, dans la célèbre trilogie ‘Retour vers le futur’. Et la comparaison ne s’arrête pas là puisque le bonhomme est aussi déjanté que le second.

Pépé est seul sur scène, juste armé d’une vieille gratte. Contrairement aux idées reçues, Stephen Tunney (NDR : c’est son vrai nom) n’est pas un inconnu.

Devenu l’une des figures majeures de la scène alternative outre-Atlantique, il se lance dans la musique à la fin des années 70, en formant des groupes de punk rock. Parallèlement, il s’investit dans l’écriture de chansons mélodiques.

Chanteur, auteur, compositeur, musicien, il se passionne également pour la peinture. Ses expositions font forte impression, paraît-il. Sans oublier ses aptitudes pour l’écriture. Il a d’ailleurs publié, en 1992, un ouvrage assez violent (‘Flan’) qui se distingue par ses éléments surréalistes.

Un set de seulement environ 20 minutes permettra largement de cerner ce personnage à la fois burlesque, grandiloquent et provocateur. Mais avant tout un amuseur public hautement sympathique. Et ça, c’est le plus important !

Grâce à un florilège de chansons à boire, qui parlent de femmes ou de sexe, des ballades aux histoires fantaisistes ou subversives, Dogbowl s’amuse beaucoup sur les planches. Pas le genre de type à se prendre au sérieux. Et ça marche ! Les badauds s’agglutinent face à l’estrade, le sourire aux lèvres et des étoiles plein les yeux. C’est bon enfant, et puis c’est une aubaine en cette veille de congé d’été.

Construisant son live sur la langue de Shakespeare, Stephen affiche fièrement sa propension pour les jeux de mots. Et apparemment, nombreux sont ceux qui maîtrisent la langue anglo-saxonne dans la salle.

Les constructions musicales du gaillard sont extrêmement simples. Elles tournent autour de quelques accords barrés. Mais il y tellement d’humanité, d’amour et de second degré chez cet artiste que l’ensemble devient rapidement cohérent.

Comme souvent dans ce genre de situation, la scène est déjà configurée pour la prestation suivante. Très vite, les musiciens rejoignent leur instrument de prédilection. Roméo Poirier se charge des fûts, Marc Melià des claviers et François Schulz est préposé aux cordes (basse et guitare).

Menue, Françoiz Breut, arrive d’un pas franc et décidé. Elle est vêtue de noir ; ce qui lui confère une apparence austère, telle une ‘bobonne’ du temps passé. Mais, très vite elle apparaît joviale et proche de son public. En toute honnêteté, Breut jouit d’une belle aura.

La donzelle n’est pas une minette dans le milieu. Comptant une petite dizaine d’albums à son compteur, elle écume les scènes depuis maintenant 27 ans, et son premier album de chansons, simplement éponyme, est paru en 1997. Pour les puristes, un disque composé et réalisé en grande partie par un certain Dominique A, dont elle sera la compagne de 1990 à 1999.

La chanson n’est qu’un pan de son histoire, puisqu’en parallèle à sa carrière de chanteuse, elle poursuit ses illustrations de disques et de livres pour enfants.

Dès les premières note de « Hors Sol », une compo downtempo, plage d’ouverture de son dernier opus, « Vif ! », Françoiz s’émancipe et s’affranchit d’un public déjà très ‘friendly’. La basse est très présente, à l’instar de « Fiver », titre phare de « Balthazar ». L’instrument le sera d’ailleurs tout au long de ce set empreint d’une émotion sidérale.

Que le mélomane lambda ne s’évertue pas à chercher quelque chose de rationnel chez ce petit bout de femme ; il n’y en a tout simplement pas ! A travers des compositions qui s’avèrent légères, un brin orgasmique, elle s’interroge quant à son rapport à la nature et au monde tout au long de « Sous Bois la Nuit » ou à l’absence sur « Ectoplasme ».

Les mouvements de son corps sont complètement instinctifs et deviennent comme une nécessité et un support audacieux aux chansons. Et si l’un n’existait pas sans l’autre ?

Elle s’imagine alors un monde gouverné par les animaux. Sans filtre, ni artifice, elle enchaîne par un poétique mais engagé « Cavales Animales ».

Si la prestation permet de découvrir les facettes du nouvel opus, certains titres plus anciens comme « La Certitude » (issu d’« Une Saison Volée » - 2005) sont interprétés, afin de contenter une fan base ravie qu’elle ne les oublie pas.

Marc Melià, qui joue le plus souvent sur ses deux synthétiseurs, apporte une dimension toute particulière au magnifique « Mes péchés s’accumulent », une ballade douce-amère, aux accents nostalgiques.

Accomplissant un show mi-organique mi-électronique, Breut emprunte des chemins intimistes en offrant un spectacle grandiose sur fond de ritournelles espiègles, mais d’une sincérité à toute épreuve.

Cette femme est une artiste hors de tout… hors du temps. De sa voix douce, en se servant de chansons parfois caricaturales, mais hautement surréalistes, elle embrasse un univers de proses et de métaphores. Elle est une ode à l’évasion sans lendemain où l’imagination s’étiole au firmament des étoiles, la nuit tombée…

(Organisation : Festival Au Carré)

 

 

Deadletter

Mother (single)

Écrit par

Issu du Yorkshire, DEADLETTER s’est établi dans le sud de Londres.

A ce jour la formation n’avait gravé que quelques singles et deux Eps, « Heat ! » et la compilation « Onwards (A Collection) », en 2022.

Son premier LP, « Hysterical Strengh », paraîtra ce 13 septembre 2024.

Lié par la reconnaissance d'une énergie et d'un rythme frénétiques, mais en laissant tout objectif idéologique plus largement ouvert, DEADLETTER a tourné sans relâche tout au long de l'année 2022, se forgeant au passage une réputation de groupe parmi les plus excitants du Royaume-Uni.

En attendant, il vient de graver un nouveau single. Intitulé « Mother », il s'inspire directement du titre du film tourné par le réalisateur et scénariste sud-coréen, Bong Joon Ho, sorti en 2009.

Décrite comme art punk, sa musique mêle des riffs de guitare complexes à des mélodies de saxophone en cascade, alors que ces segments montent et descendent de façon spectaculaire, laissant une impression pérenne…

Le clip consacré à « Mother » est disponible

Podcast # 39 émission Inaudible (cliquez sur le logo ci-dessous)

So Totally

Double your relaxation

Écrit par

Avant d’opter pour le patronyme So Totally, cette formation philadelphienne répondait au nom de So Totally In Love.

Point culminant de l'ambition, de la volonté et de la résilience, « Double Your Relaxation » constitue son troisième opus, une œuvre dont la solution sonore, qui ne lésine pas sur les sonorités fuzz tout en se distinguant par ses mélodies chatoyantes, est le fruit d’un cocktail entre dream pop, rock et shoegaze. Et au cours de cette expérience immersive, la voix distordue de Roya Weidman se fond dans la production climatique, captivant l’esprit, le corps et l’âme de l’auditeur.

Cependant, certaines plages sont très susceptibles de rappeler les 90’s, et en particulier My Bloody Valentine et Smashing Pumpkins, à cause des murs de bruit stridents construits par les guitares …

Extrait de « Double your relaxation », « Welcome back » est en écoute ici 

Podcast # 39 émission Inaudible (cliquez sur le logo ci-dessous)

Page 1 sur 1336