Pas d’amis, pas de douleur pour Johnnie Carwash…

« No Friends No Pain », c’est le titre du nouvel elpee de Johnnie Carwash. En attendant, il nous en propose un extrait, sous forme de clip, « Aha (it's ok) ». Ballade pop façon The Drums, « Aha (it's ok) » est un morceau mélancolique qui a conservé la…

logo_musiczine

Trouver des articles

Suivez-nous !

Facebook Instagram Myspace Myspace

Fil de navigation

concours_200

Se connecter

Nos partenaires

Nos partenaires

Dernier concert - festival

ufomammut_4ad_12
ufomammut_4ad_09
Festivals

Festival Octopus 2006 : samedi 29 juillet

Écrit par

Le deuxième jour, l'Octopus s'est réveillé sous les rayons du soleil…

Bien plus de monde, ce samedi. A la même heure que la veille, on dénombrait plusieurs milliers de festivaliers en sus !

Il revenait à Marvin Marvin de donner le coup d'envoi de cette deuxième journée. La formation parisienne en était à sa troisième apparition en Belgique. Et il faut reconnaître que leur set de 30', constitué des meilleurs fragments de leur opus, a fait mouche. Essentiellement inspirée par Blur et Radiohead, leur musique ne maque pas de charme. Et le public leur a réservé un accueil chaleureux.

La musique de Sidilarsen (NDR : un ensemble issu de Perpignan !) agrège néo-métal, reggae et electro. Et sur scène, la formation pyrénéenne pète littéralement des flammes. De leur répertoire, des morceaux comme « Fluidité », « Surhomme » ou encore « De temps à autre » passent vraiment bien la rampe. Un moment très apprécié par le public, il faut le souligner...

Le ska-reggae des 100 gr de têtes (NDR : encore des Perpignanais !) met de l'ambiance sur le site et du soleil dans le cœur des festivaliers. Une passion que le combo est parvenu à communiquer à la foule. Et pour cause, au fil de leur concert, le public est devenu chaud, puis fiévreux et enfin bouillant. Résultat des courses : il bougeait dans tous les sens.

Une ambiance qui est encore montée d'un cran lors du passage de Kill The Young. Très pro, le trio anglais a fait un tabac. Leur prestation a incité les festivaliers - de plus en plus nombreux - à danser. Notamment devant la scène. Les frères Gorman on le vent en poupe dans l'Albion ; mais après avoir envahi nos ondes radiophoniques, ils ont décidé de se produire le plus souvent possible sur notre territoire. Et il faut reconnaître que leur rock endiablé fait recette. En particulier lors de titres tels que « Addiction », « Origin of illness », « Fragile » ou encore « Radio ».

Véritable chouchou du public lors de cette deuxième journée, Montevideo est responsable d'une solution sonore essentiellement préparée à base de rock. 2006 est leur année : un album et puis la participation à la majorité des festivals estivaux du pays. Originale, leur musique est épisodiquement traversée, tantôt d'un clavier electro élégant, tantôt d'une trompette fugitive. Et puis les musiciens manifestent une sympathie contagieuse.

Aqme s'était déjà produit lors de la première édition de l'Octopus. La formation était donc très attendue par les Nivellois. Et elle n'a pas déçu ses fidèles aficionados. En particulier les jeunes ados, particulièrement sensibles à ce style de musique… très accessible, pour ne pas dire commerciale. N'empêche, tout au long de leur set, ce public était vraiment déchaîné...

La Ruda a signé la prestation la plus festive de tout le week-end. Le public était véritablement survolté. Un moment privilégié au cours duquel le public a chanté, s'est défoulé, a pris du bon temps, a fait la fête. Comme quoi, le ska a encore de beaux jours devant lui...

Entre rap, rock et techno, Enhancer est un véritable cauchemar pour les photographes. On ne parvient même pas à déterminer leur nombre. Ils ont plus d'une dizaine, c'est sûr. Dont trois chanteurs qui bondissent dans tous les sens et des danseuses. Encore une fois, c'est la frange la plus jeune du public qui s'est montré la plus réceptive. En vérité, ce set m'a paru plutôt brouillon ; et il fallait vraiment être fan pour accrocher...

Keaton Simons est américain. Agé de 26 ans, c'est également un ami de Ben Harper. Pas étonnant que son style soit proche du Californien. Au cours de ce remarquable concert, il a interprété quelques titres de son premier opus, dont les excellents « Exes & whys » et « Nobody knows ». Sa prestation cinq étoiles a séduit l'ensemble du public. Toutes générations confondues. Ce virtuose de la guitare est à l'aube d'une très belle carrière internationale. Ceux qui ont eu le bonheur de le découvrir à l'Octopus peuvent en attester...

La suffisance de Sinsemilia agace. Peu convaincants, il se sont quand même rappelés à notre bon souvenir en interprétant leur compo la plus notoire : « Tout le bonheur du monde ». Une grosse déception !

Stupeur et effroi : Punish Yourself a achevé le journée du samedi en accordant une show aussi théâtral que celui d'un Rammstein. Leur musique brûle d'ailleurs dans le même enfer sonore que celui des Allemands. Une différence ; mais elle est de taille : il n'ont pas le même talent ! Ce qui n'a pas empêché le public d'ovationner leur spectacle particulièrement coloré. Et puis le groupe de marquer les esprits. 

Festival Octopus 2006 : dimanche 30 juillet

Écrit par

Le troisième jour, l'Octopus a embrassé une affiche presque exclusivement belgo-belge…

Et la foule d'affluer lors de cette journée de clôture. De doubler même ! Une mauvaise nouvelle quand même : le désistement d'Ozark Henry. En coulisses (NDR : pardon, en backstage), filtrait une info par laquelle son cachet n'avait pas été honoré dans les délais impartis. Raison pour laquelle, il avait décidé de ne pas se déplacer. Il a donc fallu déchanter…

Vainqueurs du dernier concours 'Inc'rock', Ravenne a entamé les réjouissances du dimanche. Un groupe local, puisque tous ses membres sont issus de la région de Nivelles. Leur rock allie puissance, élégance et précision. Raffinés, rédigés dans la langue de Molière, leurs textes libèrent une fameuse dose d'émotion. Pour l'instant, le band est occupé de terminer l'enregistrement de son deuxième album, dont il interprète déjà une bonne partie en 'live'. A revoir absolument !

Pornorama est un ensemble issu du nord du pays. Les mélodies sont limpides. Leur rock séduisant. Et leur set, s'est avéré, ma foi, de bonne facture.

Une bonne surprise : Elvis Ghettoblaster. Des Bruxellois drivés par un chanteur complètement déjanté. Un personnage capable de mettre une ambiance pas possible. Cependant, les spectateurs sont restés sur leur faim. Motif ? La régie a coupé unilatéralement le courant avant la fin des hostilités. Pas très cool, même si on comprend que le planning doit être respecté...

Encore une révélation du rock noir jaune rouge : The Tellers. Leur line up réunit également les musiciens les plus jeunes du festival. Ce qui ne les empêche pas d'afficher un très grand professionnalisme, pour leur âge. Sculptées dans le pop rock, leur compos sont d'ailleurs fignolées à l'extrême. A l'instar des titres de leur premier EP qu'ils ont, bien sûr, exécutés. Et en particulier « More », « I lie » et surtout le fameux « Jacknife » que vous avez certainement déjà eu l'occasion d'écouter ou d'entendre sur l'une ou l'autre station radiophonique. Honnêtement, il faut admettre que ce combo est promis à un bel avenir...

Originaire du Brabant flamand, Elysian figurait également parmi les découvertes du festival. Pourtant ils ont déjà commis deux albums dont le dernier, « Blend » est paru début de cette année. Tout en subtilité et sophistication, leur pop/rock ne maque pas d'allure. Et la conversion en 'live' est tout aussi soignée. D'ailleurs des morceaux comme « Confidential information » et « Nothing's changed » dévoilent alors toute leur splendeur. Une prestation de toute bonne facture.

Auteur d'un nouvel album, voici quelques semaines, Yel a également enregistré l'arrivée d'un nouveau bassiste. Les Hutois sont doués, c'est manifeste. Ecrits dans la langue de Voltaire, les lyrics dégagent énormément de puissance et d'émotion. Des morceaux comme « Sans idéaux » ou « Est-ce que tu l'entends » en sont les plus beaux exemples Malheureusement, le chanteur est en petite forme et n'a pas le rayonnement habituel. Quelques fausse notes vont même ternir un set à oublier au plus vite. Car Yel est capable de beaucoup mieux. Ce n'est sans doute que partie remise...

Sur les planches, Malibu Stacy est particulièrement percutant. Bien plus que sur disque. Et il l'a une nouvelle fois démontré lors de son passage à l'Octopus. Un show énergique, au cours duquel on a bien sûr eu le plaisir de savourer leurs incontournables tubes «LosAngeles » et bien sûr « Sh sh » !!!

Chapeau bas à Janez Detd. Non seulement il a accordé un concert mémorable en parvenant à faire 'jumper' la foule, nonobstant la drache nationale qui s'était mise à tomber et la bagatelle de quatre coupures de courant. Mais en plus, à l'issue de chaque interruption, la formation est remontée sur les planches le sourire aux lèvres et en pleine forme. Et pourtant, vu les circonstances, il était en droit de se plaindre voire de râler. Leur punk-rock énergique frise parfois le délire. Les covers sont nombreuses. Une chose est sûre, le public vibre. Et a applaudi et salué comme il se doit la performance de ce groupe...

Eté 67 sillonne les festivals belges et du sud de la France depuis plusieurs mois. Aussi, on les sent fatigués et leur prestation en pâtit. Mais le romantisme a ses raisons que la raison ne connaît pas. Ce qui explique pourquoi de jeunes demoiselles n'ont eu de cesse d'acclamer le chanteur. Mais était-ce pour sa voix suave ou son joli minois ? La question reste posée...

Les sonorités électro de Daan sont habituellement destinées à entretenir une certaine ambiance. Complètement trempés, les festivaliers on pu découvrir, chez cette formation, de nouvelles spécificités. Et notamment celle du séchoir. Complètement trempés, ils ont pu éliminer cette 'aquasité' en se tordant dans tous les sens. Et en particulier lorsque le combo s'est attaqué à « Housewife », son meilleur titre...

Millionnaire a déçu. Le band a pourtant interprété la plupart des compos issues de son dernier opus. Mais sans y mettre l'expression. Un set plat et sans surprise qui contraste avec le potentiel du groupe. Franchement, vu l'expérience de Tim on était en droit d'attendre beaucoup mieux.  

Auteur d'une prestation digne des Inconnus, les Wampas ont rempli leur contrat : c'est-à-dire mettre de l'ambiance. Car, il faut le reconnaître, la musique de cet ensemble français légendaire a mal vieilli. En outre, Mister Didier chante comme une casserole. Ce qui ne l'a pas empêché d'enflammer la foule, de ses frasques. Se jetant dans le public ou grimpant sur le toit des chapiteaux réservés au 'merchandising'.

Flanquée du White Velvet, An Pierlé a accordé un set remarquable. Sa beauté et son talent lui permettent de rayonner autour d'elle. D'envoûter le public. Et sa voix fait le reste. Bien soutenue par son backing group, elle est tout simplement parvenue à enchanter son public. Un véritable plaisir pour les yeux et les oreilles. Que du bonheur !

Archive clôturait la deuxième édition du festival Octopus. La formation britannique n'a pas confirmé son set accordé lors du festival de Dour. En méforme ? Fatiguée ? Pas assez concentrée sur son sujet ? A mon humble avis, une majorité du public avait déjà assisté à leur prestation accordée le 15 juillet dernier. Et au fil du concert, il a commencé à vider les lieux. Dans ces conditions, difficile de rester motivé. Aussi bien du côté des spectateurs que du groupe. Résultat des courses : Archive n'a jamais été dans le coup... 

Festival D'Hiver Rock 2007 : vendredi 16 février

Plus de mille personnes avaient rallié la Maison de la Culture pour assister à la première journée de cette cinquième édition du D'Hiver Rock. Un festival placé sous le thème de l'aéroport. Plusieurs plasticiens avaient ainsi été invités à structurer les espaces publics du festival, histoire de faire le lien entre la musique, l'image et le lieu, à travers le thème générique… Tout comme l'an dernier, le vendredi a attiré de très très jeunes festivalie(è)r(e)s. 

Il revenait à Wash Out Test la délicate mission d'ouvrir les hostilités. Une formation lessinoise au sein de laquelle on retrouve exactement les mêmes musiciens que chez Poulyroc. Mais le W.O.T teinte son punk de ska plutôt que de rock. En s'inspirant davantage de groupes comme Less Than Jake, No Use For a Name, Reel Big Fish, NOFX ou encore Mad Caddies. Ce qui explique le rôle plus important des deux cuivres communiquant une ambiance assez chaleureuse aux compos. En résumé si leur set fut correct, il ne m'a pas laissé un souvenir impérissable… 

Les Fils De Sammy adorent mélanger les styles. Dans leur musique on retrouve ainsi, à des degrés divers, du reggae-dub, du jazz, de la musique mizrahi, flamenco et slave ainsi que de la chanson française et du cabaret. Les textes sont d'ailleurs interprétés dans la langue de Molière, des textes à l'humour décalé, susceptibles de passer de la bonne humeur à l'engagement social. Le chanteur se réserve également la clarinette accentuant cette impression d'éclectisme à tout crin. On a d'ailleurs ainsi l'impression, même furtive, de retrouver des traces des Fils de Teuhpu, de Gainsbourg, de la Mano Negra et même des Négresses Vertes, dans leur expression sonore. Outre-Quiévrain ce style doit certainement attirer des adeptes. Malheureusement, le résultat est un peu trop franchouillard à mon goût…

Premier moment fort de la soirée lorsque La Réplik monte sur les planches. La présence d'un joueur de banjo et d'un violoniste donne immédiatement le ton. Tout comme celle d'une drummeuse/percussionniste. Pas parce qu'elle est particulièrement svelte, mais parce qu'elle joue debout ; ce qui lui permet de muscler ses mollets tout au long du set. Rustre comme un marin, le guitariste partage les vocaux (son timbre rappelle le Renaud des débuts) avec Vigie, une punkette au look pas possible : imaginez un croisement entre Siouxsie Sioux, Poison Ivy et Nina Hagen. En outre, elle ne tient pas en place une seule seconde. Et puis possède une superbe voix. Bien que leur accent trahisse leurs origines du Sud-ouest de la France (Bordeaux), La Réplik va nous plonger dans une ambiance celtique digne des pubs irlandais ou nous inciter au pas de danse sur un air de polka. Le jeu de scène n'est pas sans rappeler un plus vieux groupe hexagonal : les Rosemary's Babys. Tout au long de leur show, les références vers les anciennes formations de rock alternatif français, de façon anecdotique ou explicite, vont se bousculer. Le groupe va d'ailleurs reprendre un standard de Bérurier Noir, en fin de parcours. Les moins jeunes chantent même en chœur et auront, l'espace de 45 minutes, l'impression de revenir 15 ans en arrière, lorsque le mariage entre le punk français et les sonorités festives était monnaie courante.

Mouvement de foule vers 21h30 : les aficionados s'entassent dans la première salle pour ce qui reste le plus grand succès d'audience de cette journée de festival : le set de Skarbone 14. Les régionaux de l'étape peuvent compter sur un public conquis d'avance et rapidement la salle s'enflamme. Leur ska/punk bénéficie du concours d'une solide section de cuivres. Et puis il y a le chanteur, Sim, toujours très à l'aise pour assumer le show, une recette qui plait particulièrement aux ados, aux boy-scouts, mais également à un public de plus en plus large. Depuis son premier concert en 2001, accordé dans le cadre de la fête de la musique à Tournai, Skarbone 14 s'est nettement amélioré, raffinant son jeu de scène, et enchaînant les concerts en Belgique et à l'étranger ; se produisant même en première partie de leurs propres références, comme La Ruda ou les 100 Grammes de Tête. Enregistré au sein du prestigieux studio bruxellois Rising Sun (le repaire de Mud Flow), leur nouvel opus sortira le 6 avril et sera inauguré lors d'un showcase programmé au foyer Saint-Brice, rue Duquesnoy, à Tournai (qu'on se le dise…)

Les Blaireaux réunit sans doute le line up le plus professionnel de la soirée. Leur prestation est théâtrale. Rappelant parfois l'attitude des Frères Jacques, les différents musiciens semblent beaucoup apprécier le music-hall des années 50. Un côté décalé parfaitement géré par la bande qui occupe bien la scène. Paradoxalement, malgré la qualité de la prestation, la sauce prend difficilement et de nombreux spectateurs (dont vos rédacteurs) finissent par se lasser et quitter la salle. Sans doute Les Blaireaux parviendraient mieux à faire apprécier l'étendue de leur talent dans d'autres conditions scéniques ou lors d'un festival de musique de rue…

La présence de René Binamé était manifestement bien plus en phase avec la première journée de ce d'Hiver Rock. Après avoir vécu de nombreux changements de line up, dont le plus dommageable reste bien évidemment le départ du claviériste et boute-en-train, Es Gibt, le groupe est plus que jamais dépendant de son fidèle batteur/chanteur, Olivier Binam'. J'avoue assister, pour la 15ème fois, en autant d'années, à un concert des René Binamé (S.L.) ; et si leurs fans sont moins nombreux qu'au cours des nineties, le band est demeuré intègre et fidèle à ses convictions. Autoproduit, auto-distribué, le groupe prône le DYI. Ainsi, avant le concert, Olivier se charge personnellement du stand réservé à son groupe. Pourtant, leur musique a évolué. Et la plus belle démonstration procède de la remise au goût du jour de sa cover du « Le courage des oiseaux » de Dominique A, rebaptisée depuis cinq années en « Le courage des avions… qui rentrent dans les Tours glacées ! » La provocation et les revendications font toujours partie de l'univers de René Binamé qui n'a jamais pratiqué la langue de bois. « Le pape immobile », le chant traditionnel « La chanson du Père Duchesne », concédé sur fond de guitare saturée et minimaliste et dans une ambiance punk/trash, provoquent de nombreux pogos : tel est le décor destroy que nous réserve le trio. Mais à une époque où les groupes de rock belge mielleux pullulent, et où la pop aseptisée occupe une large place sur nos radios, les lyrics engagés de René (en wallon, en flamand ou en français) constituent un excellent antidote à cette déprime créative. La sortie toute proche de leur nouvel opus, « Le temps payé ne revient plus », relancera-t-il la machine ? On leur souhaite ; d'autant plus qu'à l'instar de leurs amis les Wampas, ils possèdent suffisamment de talent pour rester sur le devant de la scène, belge ou du moins wallonne.

Kaophonic Tribu clôturait donc la partie concerts du festival. Huit musiciens issus de l'Hexagone (Nièvre) qui pratiquent une sorte de drum'n bass tribale : des tas de percus (dont un djembé), de la flûte, une basse (of course !) et un digeridoo (joué par un véritable virtuose !). Sans oublier les machines et les harmonies vocales célestes. En quelque sorte une rencontre entre sonorités ethniques et électroniques propice à la transe et à l'envoûtement. Leur set est irréprochable, mais il devient rapidement ennuyeux. Si bien qu'après vingt minutes, on a déjà envie de s'éclipser. Manque un instrument comme le violon, la harpe ou pourquoi pas un xylophone pour donner du relief à l'expression sonore.

La longue soirée ne peut s'achever que par un dernier passage… au bar, qui contribue à la bonne ambiance du festival. Tout au long de la soirée le millier de spectateurs s'est d'ailleurs dispersé entre cet endroit stratégique, les deux scènes et le hall d'entrée illuminé de différents jeux de lumières ; mais malheureusement envahi par un DJ set un peu trop bruyant (interférant par ailleurs régulièrement sur les autres concerts !). Anecdote : à l'extérieur de la Maison de la Culture, les nombreux fumeurs étaient priés de suivre la nouvelle réglementation. En l'occurrence s'oxygéner à la belle étoile. Les oreilles et l'estomac bien remplis, il est temps de battre en retraite pour mieux remettre le couvert le lendemain.

 

Festival D'Hiver Rock 2007 : samedi 17 février

Écrit par

18 groupes presque d'affilée, il y a de quoi friser l'indigestion. Surtout que mon collègue Sébastien avait déclaré forfait. Ce qui explique que votre rapporteur, s'est limité à un zapping photo, lorsque l'une ou l'autre prestation lui est parue moins intéressante ou quand la fatigue a commencé à se faire sentir. Un regret ? Oui, la bière. Pas de blanche, mais des pintes (ça donne mal à la tête le lendemain !) ou de la Troll (excellent breuvage, mais après 3 verres, tu peux aller dormir). Ce qui n'a pas empêché les organisateurs de vendre 37 fûts en deux jours. C'est quand la fête de la bière ?

Tout comme l'an dernier, la deuxième journée s'est ouverte par la prestation du dernier lauréat de l'Open stage de Mouscron, c'est-à-dire Crisis Crew. Une formation française qui pratique de la fusion dans l'esprit de Senser. Pas de basse ni de batterie, mais deux gratteurs, un Dj (plutôt habile aux scratches) et un MC. Ce dernier rappe tantôt en français, tantôt en anglais pendant que l'un des deux guitaristes lui répond d'un timbre aussi mélodique que remarquable. Leur mix entre hip hop et metal sur fond de samples tient très bien la route, mais d'une part on a l'impression que le crew se prend un peu trop au sérieux et puis j'avoue ne pas être trop réceptif à ce type de musique. Dommage quand même que ce quatuor s'est produit à 15h30 devant 40 personnes ; car face à un public nombreux et réceptif, il aurait pu mettre le feu.

Trio tournaisien, Sour Puss implique deux Fuckin' Canaries (Gonz aux drums et Troma à la guitare), formation locale anarcho-punk surtout notoire pour son lancer de graines pour volaille, ainsi qu'Erik, également impliqué chez Opao et Koffee. La fantaisie figurative des Fuckin' Canaries laisse ici place à une musique noisy proche de la no wave des débuts de Sonic Youth. Instrumentalement, le set passe bien la rampe et le groupe possède une pêche d'enfer. On est même agréablement surpris des progrès accomplis par les deux F.C.. Un regret : les vocaux. Ben oui, il n'y a pas de Kim Gordon pour contrebalancer l'âpreté du son ; et malgré le recours de deux micros dont un astatique, la permanence de l'intensité électrique finit par nuire à l'intensité de la musique.

Chez Al Dente, on retrouve un certain Joseph Petolillo, un chanteur/compositeur qui a sévi au sein de différents groupes comme Slam to Slam ou Treefoil. Particularité de ce vocaliste, il possède un timbre et même des inflexions très proches de Peter Hammill. Et musicalement, l'univers expérimental, décalé et imaginatif de ce combo ressemble à celui d'un Vandergraaf Generator récréatif s'intéressant au funk robotique de Talking Heads. Le tout traversé d'accès de jazz, de fanfare, de cirque et autres délires en tous genres. Une prog insolite qui n'a pas eu l'heur d'attirer la foule ; mais qui pourtant mérite une attention toute particulière. Parce que non seulement les musiciens sont très talentueux (un bassiste, un drummer, un claviériste et deux cuivres qui jouent un peu le rôle de Dave Jackson), mais parce que leur musique est à la fois élaborée et séduisante. Une écharpe faite de plumes roses autour du cou, Joseph gratte un peu de guitare ; mais surtout drive un groupe qui devrait faire le bonheur de tous les nostalgiques de la prog. Qu'ils se le disent !

Ils portent les cheveux longs comme Black Sabbath, mais s'inspirent davantage de Neurosis. La musique est aussi lourde qu'indigeste. Le chanteur utilise un pupitre pour trafiquer, sampler ou réverbérer sa voix. Un quatuor qui répond au nom d'Ultraphallus. Se sont trompés de patronyme. Ils auraient dû choisir celui d'Ultradyspepsie.

Le post rock de Pillow est de plus en plus sophistiqué. Un peu comme si la formation voulait rendre son expression sonore clinique. La musique est de plus en plus propre, de plus en plus fignolé, notamment au niveau des arrangements et des harmonies. Pas vocales, puisqu'il n'y a toujours pas de chanteur. Pourtant, j'adore leur manière d'enrichir leurs lignes musicales de couches successives, même si parfois le côté répétitif de certains thèmes peut devenir lassant. En fait, à contrario de Mogwai ou d'Explosions in The Sky, leurs compos n'atteignent que trop rarement les pics d'intensité frénétique de leurs maîtres. On a ainsi parfois l'impression que le groupe refuse de se lâcher et en garde sous la pédale. Je l'ai déjà dit et je le répète, l'apport d'une vocaliste leur permettrait sans doute de se démarquer du courant post rock au sein duquel ils semblent vouloir s'enfermer. Mais apparemment, ils préfèrent conserver cette ligne de conduite, quitte à demeurer dans la zone crépusculaire de l'underground. C'est tout à leur honneur. Enfin, dernière remarque, la projection d'images voire de courts métrages sur un écran placé derrière les musiciens, leur permettraient de susciter une dimension avantageusement visionnaire…

Rocket From the Crypt, Blues Explosion et les Cramps constituent probablement les influences majeures de Driving Dead Girl, un quatuor originaire de Mons dont le mélange de garage, de psychobilly et de stoner se révèle bigrement efficace. Le look et l'attitude fifties (au cours de leur jeunesse, il devaient tapisser leurs chambres de posters d'Elvis Presley ou d'Eddie Cochran), cette formation libère une énergie incroyable sur les planches. Leur set speedé, énergique, survitaminé par des riffs de guitare(s)aussi tranchants que poisseux, balisé par une section rythmique implacable et tapissé par ce vocal légèrement reverb, m'a tout à fait convaincu. Rien de révolutionnaire dans leur démarche rock'n rollesque, mais une bonne tranche de groove servie sur un bon lit d'électricité jouissive.

C'est sous la forme d'un quintet que Monsoon monte sur le podium devant un parterre de spectateurs de plus en plus fourni. Apparemment, la violoniste a quitté le groupe, ne laissant plus, pour toute représentation féminine au sein du line up, que la chanteuse Delphine Gardin. Et quelle présence, puisque tout au long du set, tous les regards se focalisent sur elle. Svelte, sexy, jolie, moulée dans une longue robe rouge fendue (laissant apparaître un décolleté profond, lorsqu'elle se débarrassera de son écharpe), les cheveux noirs relevés en chignon, de grands anneaux plantés dans le lobe des oreilles, elle me fait penser à une danseuse de flamenco. Elle tournoie même régulièrement sur elle-même au cours du show. Et puis elle possède une très belle voix, tour à tour angélique ou satanique, saturée ou rageuse, atmosphérique ou glapissante, dont le timbre oscille de PJ Harvey à An Pierlé en passant par Beth Gibbons. Un chant bien mis en valeur par le groupe qui allie efficacité et sobriété. Si les passages électriques libèrent une puissance étonnante, les retombées romantico-tragiques sont de toute beauté. Leur pop/rock écorché, teinté de jazz, n'est d'ailleurs pas dénué de mélodies vaporeuses. Une chouette prestation, même si un meilleur mixing aurait permis de mettre davantage leur chansons en valeur.

Après un moment pareil difficile d'encaisser la musique du duo PHC. Fruit d'un mélange de hard-core, de post-rock, d'expérimental-noisy et d'indus, agité par une boîte à rythmes épileptique, elle répond aux aspirations bruitistes des aficionados de Godflesh, Treponem Pal ou encore de Napalm Death. J'ai tenu la distance un peu moins de cinq minutes. Le temps de prendre deux photos… et puis aux abris !

La salle Jean Notté était bien sûr comble pour accueillir The Tellers. C'est-à-dire Ben Baillieux-Beynon au chant et à la sèche et puis Charles Blistin à la guitare électrique. Un duo soutenu par une section rythmique dont le drummer, souvent caché derrière un écran de fumée, était coiffé d'un superbe melon et arborait un tee-shirt à la gloire des Ramones. Il aurait pu jouer dans « Mary Poppins » ! Mais revenons-en à nos conteurs et leurs compos contagieuses et rafraîchissantes : le single « More », « I lie » et « Jacknife », on n'y a pas échappé. Comme dirait Karine, spontanées, leurs chansons possèdent toute la fraîcheur du groupe débutant passionné. Les rythmes sont soutenus, parfois interrompus, pour reprendre de plus belle, comme sur le disque. Ben présente ses chansons, mais on a parfois l'impression qu'il ne veut pas déranger ; et il parle si vite, qu'on ne comprend pas grand-chose à ce qu'il raconte. Heureusement, il se montre beaucoup plus convainquant au chant et à la six cordes. Qu'importe, l'ambiance est chaleureuse, le set bien ficelé et le public apparemment ravi. Que demander de plus ? Surtout de la part jeunes qui ont à peine 20 ans !

La palme de l'humour reviendra à Interlude (Sans avenir), un trio tournaisien qui se produisait en public pour la deuxième fois. Vêtus d'habits de moine, hyper maquillés, ils arrivent et repartent en agitant des crécelles comme des lépreux. Et sur scène, ils reprennent des standards du punk (« God save the queen », « Should I stay or should I go? » et j'en passe, même dans la langue de Voltaire) à l'aide d'un sousaphone, d'un ukulélé (mais aussi de toute une série de guitares ou de mandolines miniature) et d'une batterie électronique ; le tout entrecoupé d'interludes ( ?!?!?) théâtraux et surtout caricaturaux (une messe, de la cuisine, une dégustation de bières trappistes, etc.). Ah oui, et puis il y a Pierre qui chante avec un accent truculent du terroir. Le nom du groupe est sans équivoque, mais en programmant cet intermède au bar, les organisateurs avaient fait le bon choix…

Bien qu'affichant un look de cow-boys (le drummer est coiffé d'un chapeau semblable à celui que portait Artemus Gordon, dans la série les « Mystères de l'Ouest »), My Little Cheap Dictaphone n'émarge pas du tout à la musique country. Ou alors du bout des orteils, et dans l'esprit d'un Sparklehorse. Drivé par Redboy (il est également impliqué chez Holywood P$$$ Stars), le groupe compte déjà deux albums à son actif. Tour à tour vivifiante et électrique, subtile et lustrée, sa musique évolue entre rage et mélodie, entre allégresse (le single « Upside down ») et tragédie, entre rêve et rage, au sein d'un univers qui aurait pu naître d'une rencontre entre At The Drive In et Bright Eyes. Ou si vous préférez entre de la folk-pop soigneusement orchestrée et un indie rock décapant. Tout a long de son set, MLCD étonne par la maîtrise de son sujet. Sa musique est authentique, belle et envoûtante. Elle engendre même une multitude d'images et de sensations. En fin de parcours, Redboy passe au piano électrique, pour interpréter une compo majestueuse, dans un style me rappelant curieusement un certain Procol Harum (pas celui de « Whiter shade of pale », rassurez-vous !) Le meilleur concert du festival, il fallait s'en douter…

Trio strasbourgeois, The Astro Zombies pratique un psychobilly particulièrement nerveux. Un chanteur guitariste, un contrebassiste et un drummer. Les deux premiers déménagent littéralement sur les planches (et le mot est faible !) Leur look un peu rétro est accentué par le port de casquettes dignes des premiers films de Gabin. En outre, leur patronyme rappelle une vieille série B des 50's. Ils passent tous les styles et toutes leurs influences à la moulinette, même les rares qu'ils reconnaissent : les Meteors et Guanabat. La démarche est assez originale et plutôt sympa, mais après quelques titres on a la sensation qu'en appliquant une même recette aux différentes compos, elles finissent par souffrir d'une uniformité certaine. Dommage, car les musiciens ne manquent pas de talent…

Kofeee est une formation locale impliquant quatre musiciens dont les goûts (même vestimentaires !) sont diamétralement différents. Ce qui explique d'ailleurs pourquoi ils développent des projets parallèles. Le plus étonnant, c'est que la rencontre de toutes leurs influences (qui oscillent du hardcore au folk en passant par le jazz, la no wave, le métal, la prog, le psychédélisme, le post et le math rock, etc.) tient parfaitement la route. Et ne dérape jamais dans l'univers cérébral ou expérimental. Balaise (au propre comme au figuré), Seb joue de la guitare d'une manière très instinctive. Mais manifestement, c'est lui qui donne la voie à suivre, même si les autres musiciens n'hésitent pas à apporter leur coloration personnelle aux compos. Des compos plutôt bien construites, susceptibles de se complaire dans l'introspection avant de prendre du rythme, puis de s'abandonner dans une certaine violence sonore. Ah oui, Kofeee signifie 'Kilometers Of Electric Eclectic Elipses'. Tout un programme !

Bon, ben après ce concert, je me suis éclipsé. La fatigue et l'heure avancée ne me permettant plus de me concentrer, j'ai donc délégué le compte-rendu à Jean-Philippe (que je remercie vivement par ailleurs) pour la prestation de Crooner Mic Action. Et je m'en félicite. Pas pour la prestation du duo, mais simplement parce que l'un des deux était cagoulé. Une situation qui me révulse. A l'instar de toute personne atteinte d'un PTSD. Sans quoi, ces deux types se produisent debout, en costard/cravate et jouent de la guitare, le plus souvent en distorsion. Imprimée sur des rythmes syncopés produits par une boîte à rythmes, leur musique ressemble à une sorte de roots music revue et corrigée dans l'esprit de Bob Log III. Evidemment si leur humour est d'aussi mauvais goût, pas la peine de s'attarder sur leur sort.

En résumé, on peut affirmer que cette 5ème édition du d'Hiver Rock a été un franc succès. Et félicitations aux organisateurs pour ce qu'ils réalisent avec aussi peu de moyens financiers. A l'année prochaine !

 

 

Reset Festival : vendredi 30 mars

Écrit par

RESET, c’est revenir sur ses pas. Signer un nouveau départ. Voilà trois ans qu’à l’exception de quelque Sonic Youth et autres, la programmation des Halles de Schaerbeek laisse perplexe. Récemment passée dans les mains de Marc Jacobs (Recyclart), la renaissance est espérée pour ce printemps 2007. Pas étonnant de trouver ainsi à l’affiche du RESET Festival, une programmation percutante, à l’image de la métamorphose tant attendue.

La salle s’emplit rapidement, malgré les débuts hésitants et chaotiques de The Eternals, dont la molle performance disco-punk fait regretter la fraîcheur et l’efficacité du disque ; regards sceptiques et déçus sont échangés, avec plus ou moins de discrétion chez ceux qui huent sans réserve une prestation ne décollant guère.

Encore à froid, l’entrée gargantuesque de Detroit Grand Pubahs tombe comme un cheveu dans la soupe. L’allure bûcheronne de « Paris The Black Fu » et l’imprévisible bouillonnement de funk, techno, cabaret et dark dancefloor fait sourire. Musique hybride déversée sans complexe par quatre énergumènes en perruque ou masqués. Les réserves tombent, on rit sous cape. L’effort de mise en scène est apprécié ; mais, l’effet de surprise dépassé, l’assemblage difforme n’augure rien de bien convainquant. Las, on aspire à un son plus entier, engagé dans des formes obtuses et entêtées plutôt qu’éclectiques et essayistes.

Le Dieu rockeur a entendu nos prières ; l’entrée de Dj Rob Hall canalise d’emblée les énergies dispersées, et quelques beats simples et efficaces suffisent à l’engouement. C’est puissant, inattendu de la part d’un nom discret et feutré, souvent aperçu en tournée à l’ombre d’Autechre –en compagnie duquel il a par ailleurs fondé le label ‘Skam’. Rob Hall, en DJ old-school et acid, fait évoluer sans heurts un set volontaire et charismatique. Impossible de résister à ces beats bruts et dansants ; et la moitié de Skam démontre qu’il peut aussi exceller dans la promotion d’une électronique basique exempte de tortueuses bizarreries.

Parfaite dépense d’énergie pour accueillir, temporairement exténués, l’électronica déconstruite d’Autechre (Warp). La salle est à fleur de peau, les yeux brillants et toute en sueur ; il en faut peu pour tomber dans la jouissance lorsque s’élève une première nappe délicieusement psychédélique. Beaucoup sont venus avant tout pour plonger dans cette étrange expérience musicale toujours en quête du décalage, de l'accident, du choc sonore saisi au creux d’un savant calcul mathématique. Plus conciliant que d’habitude, c’est, à l’exception de quelques reliefs ingrats, un set accessible même pour les néophytes ; presque fluide, et en tout cas dansant. Inattendu de la part d’un groupe pour qui les prestations live ne sont pas toujours l’idéale mise en valeur d’un son déconstruit. Si Autechre est passé maître dans l’art de s’échapper à mille lieues de l’album pour un live imprévisible -parfois difficile à pénétrer-, la formation a néanmoins réussi la gageure de captiver sans jamais s’enraciner. Ultra expérimentale, cette électro en mode free-jazz nous offre un moment hors du temps, nichée au creux de ces aléatoires sonores, tantôt indigestes tantôt transcendés de crescendos jouissifs. Jamais indemnes, les fans tombent, en transe, dans une nouvelle addiction.

Après telle émotion, l’ambiance ne peut en aucun cas retomber, et, aussi instantanément que s’évanouit l’univers tortueux et fascinant d’Autechre, on perçoit les premiers beats du brillant James Holden. Véritable génie, inclassable, avant-gardiste, le jeune Anglais n’hésite pas à rapprocher acid house, techno, trance et électro. Reconnu pour ses nombreuses collaborations, en signant notamment sur son propre label (Border Community) les Nathan Fake, Petter, The MFA et Lazy fat people, il se pose en figure incontournable pour un festival électro qui se veut varié, prometteur et explosif. James Holden étonne par ses beats inattendus, mais toujours sophistiqués et livrés avec franchise. On savoure tant les morceaux glissant directement vers le dance-floor, que les plus introspectifs dans la lignée de Boards of Canada. Oui, l’électro expérimentale fait encore danser.

Le set s’achève sur une poussée d’adrénaline, et, sans avoir le temps de figer son enthousiasme, Dj Darko –renommé pour ses Statik Dancing au Recyclart– lance un set rapidement sur les rails, malgré un public qui s’effiloche. Pas de regrets, et l’envie d’appuyer à nouveau sur la touche RESET. Rendez-vous à la seconde édition, prévue fin avril.

Organisation : Vaartkapoen Bruxelles en collaboration avec les Halles de Schaarbeek

 

 

A Prog Sunday 2007

Écrit par

Pour la deuxième fois, l'association Tournai Prog Event a préféré l'audace au confort. En effet, son affiche regroupait à nouveau trois groupes quasi sans notoriété. Comme l'année dernière, sous l'enseigne 'An Italian Prog Night', l'événement s’est déroulé au Foyer Culturel d 'Antoing. Un site qui a déjà hébergé plusieurs concerts de l'association, et dont l'équipe s'avère toujours enthousiaste et efficace. Un peu froide d'aspect, cette salle s'avère d'une excellente acoustique.

Je ne m'étendrai pas sur Sad Siberia qui ouvrait la soirée. Ce jeune groupe wallon pratique un metal-sympho gothique caractérisé par la présence d’une voix féminine. Et bien qu'on ne puisse lui adresser aucun reproche majeur, Sad Siberia n'apporte pas de plus-value à un genre désormais fort encombré.

AmAndA ensuite. Et a mis le feu. Son show repose essentiellement sur son deuxième CD, largement inconnu du public, puisqu'il paraîtra seulement le 2 mai. En quelques années, AmAndA a acquis une maturité impressionnante sur scène. Chanté en français, son rock progressif mêle habilement lyrisme, metal, audace, espièglerie et séduction délibérée. Il se pose maintenant comme l'un des plus prometteurs du Royaume. Le show est bien sûr dominé par le chanteur Thibaut de Halleux, véritable bête de scène, volontiers cabotin, qui ce soir s'est complètement lâché, offrant une prestation très physique et pleine d'emphase. Séquences d'humour, masques et accessoires inclus. Sans oublier sa très bonne voix, tour à tour chaude et claire ou haut-perchée. Mais à vrai dire, personne dans le groupe n'est en reste. Claude (basse) et Greg (batterie), les plus discrets, assurent une rythmique sereine et redoutable, tandis que Mik3 se démène sur ses claviers au point d'être difficile à photographier. Reste les deux guitaristes, Saaam et Xavier, aux jeux très complémentaires et à la complicité palpable. Malgré le son et l'éclairage perfectibles, ce groupe en pleine forme a accordé un concert ébouriffant et très convaincant.

After a eu la tâche difficile de passer tard un dimanche et après la tornade AmAndA. Dans un style très différent. Le groupe polonais nous a pourtant offert un concert fort agréable. Sa musique, servie par une excellente voix, est très atmosphérique et peut évoquer Pink Floyd aussi bien que le compatriote Quidam. Le set adopte un lent crescendo. Et quand les musicos s'agitent, on approche aussi l'incandescent Riverside. Les nouvelles compositions annoncent d'ailleurs un durcissement de ton. Certes la communication avec le public est assez limitée, vu la barrière de la langue. Et ni musiciens ni chanteur ne sont très extravertis sur scène. Malgré ces réserves, cette prestation s’est révélée séduisante, et méritait vraiment plus de peuple.

Dernier détail: ce genre de concert permet à chaque fois de dialoguer avec les musiciens autour d'une bière. Et c'est toujours un réel bonheur, qui se prolonge parfois tard dans la nuit…

Organisation : Tournai Prog Event / Foyer Culturel Antoing / Auberge de Jeunesse Tournai

 

Festival Domino 2007

Coincé entre plusieurs retours et quelques instruments laissés à l’abandon par les Montréalais de Silver Mt. Zion, The Strange Death of Liberal England tente fébrilement de happer l’attention d’un public dispersé. On les comparerait déjà à GY!BE, et bien sûr la référence s’avère paresseuse : ici les guitares et même l’élan collectif (une fille, quatre types) ne pèsent pas lourd dans le calcul, il manque à ces jeunots des titres forts et de la carrure sonore.

Pour le déluge sonique tant espéré, Christian Fennesz s’occupe de tout, et tant pis s’il fait 27° sur les trottoirs du Boulevard Anspach. Bien planqué derrière sa guitare électrique et son laptop riche en textures malignes, l’Autrichien fait patiemment monter la sauce : après une demi-heure de soundscapes bourdonnants dont les effets sur le cortex valent bien une grosse bronchite, notre homme appuie sur la touche ‘stop’ et disparaît tel un spectre de notre champ de vision. Nos oreilles, elles, n’ont pas encore conscience du silence qui trop soudainement a repris l’avantage : ce barnum ambient-noise, qui s’insinue en nous tel un reptile en mue, n’a pas complètement disparu de notre environnement intime. Il y dort, s’y tapit, et resurgit parfois dans le fracas urbain de nos vies esseulées : « Endless Summer » vient d’être réédité et recèle deux tracks supplémentaires ? Nous ne sommes qu’au mois d’avril et déjà c’est l’été : décidément Fennesz est bien un artiste d’avant-garde.

Avant Constellation on ne parlait pas tellement du Canada dans l’atlas des musiques qui comptent, et encore moins de post-rock, une étiquette qu’Efrim, ce soir, piétinera avec emphase (‘Et y a ‘core des gens qui osent dire qu’on fait du post-rock !!!’). Même si Thee Silver Mt. Zion Memorial Orchestra & Tra-La-La Band se compose (en gros) des mêmes zigues à la base du label et de Godspeed (Efrim donc, mais aussi Sophie, Thierry, Beckie, Ian, Jessica et Scott : évitons les noms de famille, puisque Constellation est une grande famille), il s’agit ici de faire la distinction. Silver Mt Zion est avant tout un groupe vocal, du moins depuis deux ou trois ans : choral même, incantatoire à sa manière, empruntant ses gimmicks aux chants liturgiques et à la musique klezmer. ‘Nous allons vous jouer surtout des nouveaux morceaux’, déclare d’entrée de jeu Efrim, de profil face à l’un des cinq microphones qui tracent un cercle au milieu de la scène. C’est parti pour une longue rêverie quasiment inédite, comme au Botanique il y a deux ans, dont ressortira l’immense « One Million Died To Make This Sound », la chanson, le refrain, scandé en chœur pendant de longues minutes cathartiques, au-delà de la patience de certains spectateurs (surtout un seul, interpellé d’ailleurs par le groupe lors du rappel). En guise de classiques aux envolées magiques, les fantastiques « Mountains Made of Steam » et « Take These Hands and Throw Them in the River », sans parler de ce « BlindBlindBlind » encore non disponible sur disque mais qu’on avait entendu, bouche bée, l’année dernière au Cirque Royal. ‘Imagiiiine the vuuuue…’ : une heure de pure lévitation électrique et tendue, vers un ailleurs utopique mais tellement rassurant, mélancolique et politique. Vivement l’été, le vrai, que sorte enfin ce cd live !  

Org : AB Brussel – Dominofestival

 

Les Nuits Botanique : vendredi 4 mai 2007

Durant ces Nuits du Botanique, certains choix étaient draconiens comme celui de ce vendredi 4 mai. Il fallait en effet choisir entre les stars montantes Cold War Kids, qui avaient mis le feu quelques mois plus tôt à l’AB en première partie de Clap Your Hands Say Yeah (volant même un peu la vedette à ces derniers), et soirée 100% chanson française au Cirque Royal. Finalement c’est pour ce deuxième choix que j’ai opté. Impossible de se tromper de salle, le public est bel et bien typique à l’entrée : plutôt BCBG, jeune et branché. On y croise même certains artistes (Jeff Bodart entre autres).

Vers 20h, Jacques Duvall entre en scène. Plus connu comme parolier (il est l’auteur du tube « Banana Split », immortalisé par Lio et collabore à l’écriture de chansons pour Marc Lavoine, Alain Chamfort ou encore Jane Birkin) que comme chanteur, il célèbre son retour, après 15 ans d’absence… Soutenu par un bon band, impliquant notamment le leader de Miam Monster Miam à la guitare, Duvall balance tant bien que mal ses textes. Il est en effet contraint de faire usage d’un pupitre pour lire ses paroles, et ne s’en cache pas. Il en profite pour remercier les organisateurs pour sa qualité. Les ballades et l’humour au second degré trahissent toutefois une sensibilité bien belge. Mais elle n’est pas du tout désagréable à partager, même si certains textes prêtent à sourire (comme celui consacré à Jean-Claude Van Damme).

Autre artiste, autre style. Valérie Leulliot s’est lancée dans une expérience solo, après avoir vécu une belle aventure au sein d’Autour de Lucie. Elle interprète quelques titres intimistes en s’accompagnant au clavier et tourne presque le dos à la foule. Puis la svelte blonde réveille son public en l’entraîne au cœur de ballades plus folk, dynamisées par ses nouveaux musiciens. Certains titres nous replongent bien sûr dans l’univers d’Autour de Lucie mais nous rappellent aussi Karine Clercq, même si Valérie Leulliot est bien moins jolie que notre Karine nationale, il faut bien l’avouer…

Quelques bons verres consommés au bar plus tard, sur le coup de 22 heures, la foule s’anime. On attend le Breton. Dès l’entame de « La facture d’électricité », le public s’enthousiasme. Bon nombre de jeunes se lèvent et s’empressent de trouver un coin standing, sur les côtés du parterre central, pour pousser un petit pas de danse. Christophe Miossec éprouve cependant des difficultés à trouver sa voix, et plusieurs titres lui sont nécessaires avant qu’il ne puisse la maîtriser. Franchement, j’avoue éprouver toutes les peines à entrer vraiment dans ce concert. Et à l’instar de nombreux autres fans de ses débuts, je pense qu’après la magie du premier album et des premiers concerts, sa situation s’est dégradée. Un peu comme sa voix semble de plus en plus cassée. Cependant, si ce concert n’est pas aussi catastrophique que celui, pathétique, accordé à l’AB en 2002 ou lors du premier passage à Dour, il ne figurera certainement pas dans mes souvenirs impérissables. Seuls les musiciens du Breton donnent de l’intensité aux compos, souvent caractérisées par leur construction en crescendo. Quant au Breton lui-même, on se lasse vite de sa façon toujours identique d’empoigner son pied de micro, de se tenir penché en avant, et de dissimuler difficilement une timidité qui l’empêche de s’exprimer correctement entre les titres…

Pour les invétérés de Miossec, sachez toutefois qu’il reviendra à Bruxelles (enfin, plus exactement qu’il se produira à nouveau en Belgique, car il habite notre capitale), vers le 21 juin, dans le cadre des Fêtes de la Musique.

Miossec + Jacques Duvall + Valérie Leulliot (Cirque Royal)

S.L.

 

L’ouverture officielle a pris place le 30 avril mais ce n’est que le 4 mai qu’ont été lancées les festivités sur le site du Botanique. Lors de ce premier soir, la Rotonde accueillait Me & My Machines, un DJ set (mémorable) de CSS et la new-rave de Shy Child.

Me & My Machines, formation electro-rock signée chez Anorak Supersport, a ouvert le bal sur un set peu convaincant qui se sera d’ailleurs terminé par quelques accrocs techniques. Heureusement pour eux, il n’y avait pas grand monde pour assister à ce spectacle ( !?!?)… 

La soirée s’est enchaînée par un fameux DJ/VJ set de CSS. La formation brésilienne s’est ici limitée à deux membres : l’une des guitaristes ainsi que… le Tour Manager. La bonne blague. Quant au set, n’en parlons pas. D’un amateurisme intégral, les soi-disant DJs à la mine déconfite se sont contentés de faire tourner les disques en tentant ici et là quelques enchaînements des plus exécrables. Heureusement pour ces usurpateurs, il n’y avait pas grand-monde pour assister à ce spectacle ( !?!?!). Quand on pense qu’ils sont ensuite partis l’infliger au pauvre public de The Jai-Alai Savant, à l’AB…

Le nouvel arrivage de la scène new-rave britonne, Shy Child, a ensuite pris possession de la scène. Au grand soulagement d’un public clairsemé, le duo balança un set court mais efficace tiré essentiellement de leur album « Noise Won’t Stop » qui paraîtra fin mai. On regrettera cependant l’oubli des excellents « Technicrats » et « Break Your Neck » extraits de l’EP « One With the Sun ». Mais on ne s’en plaindra pas trop, après avoir subi les deux premières parties de la soirée. Dommage pour ces deux petits gars, il n’y avait pas grand monde pour assister à ce spectacle… Séance de rattrapage au festival de Dour cet été.

Shy Child + CSS DJ/VJ Set + Me & My Machines (Rotonde)

R.S. 

Festival D'Hiver Rock 2008 : vendredi 8 février

Pour cette sixième édition, tous les ingrédients nécessaires au déroulement d’un bon festival étaient à nouveau réunis. Après le lapin à la tournaisienne, le menu proposait donc un festival rock à la sauce locale. Prenez une bonne dose de groupes hétéroclites. Ajoutez-y un public tout aussi diversifié. Mais en sélectionnant principalement la tranche 15-25 ans. Complétez par quelques vieux rockers fidèles de la région. Arrosez copieusement le tout de bonnes bières régionales. Et la touche finale : disposez le tout dans les salles agréables de la Maison de la Culture. La décoration et les accessoires avaient été particulièrement soignés. Ainsi, dans le hall principal, un jeu de son et lumière plongeait les spectateurs dans un univers surprenant. Et la musique alors dans le jeu de quille nous rétorquerez-vous ?

Pas eu le loisir d’assister au concert d’ouverture accordé par la formation locale Sioban. Dommage, car apparemment depuis le changement de line up, leur musique aurait évolué vers un style plus contemporain. Ce n’est que partie remise…

On connaissait Delavega, maintenant il y a Z. A croire que les aventures de Zorro constituent une nouvelle source d’inspiration pour choisir un patronyme. Auteur, compositeur et chanteur, Jean-Michel Distexhe est le leader de cette formation bruxelloise dont on a vu la fin du show. Tout d’abord en compagnie de son groupe incluant notamment section de cuivres et contrebasse ; et puis en solitaire. Manifestement l’univers très chanson française de Z est susceptible d’inviter une multitude d’autres styles : depuis le blues au rock en passant par le jazz et le r&b. La démarche est plutôt originale, mais manque encore de précision dans les arrangements. Cependant, lorsque Jean-Mi décide de chanter a cappella en portugais, on est franchement impressionné. Pas étonnant qu’il reconnaisse pour influence majeure Joao Gilberto. En outre, il a enregistré un album (« Chaos et fantaisie Z ») sous la houlette de Rudy Coclet. Mais allez comprendre pourquoi pratiquement personne n’en a parlé…

Responsable d’un excellent album en 2006 (NDR : « We Are Electric », et c’était leur quatrième !) Hitch est issu de la région de Courtrai. Un trio guitare/basse/batterie qui doit puiser ses influences chez At The Drive In, les Pixies, mais aussi et surtout chez une des plus célèbres formations de funk blanc ayant sévi au cours des seventies : Gang of Four. Ils jouissent déjà d’une solide réputation de l’autre côté de la frontière linguistique. Certains ‘west-flandriens’ se sont d’ailleurs déplacés pour les applaudir. La voix du chanteur est savoureusement déchirée, la section rythmique particulièrement solide, l’intensité électrique tour à tour contenue, aride, spasmodique ou décapante. Un des meilleurs moments du festival…

Changement de salle et de style en compagnie de Mr Roux. Contrairement à ce que pourrait laisser supposer son patronyme, il ne s’agit pas d’un one-man show, mais d’un trio. Et aucun de nos 3 hommes n’affiche la coupe de Tom Sawyer. ‘Mais il est où le roux ?’ hurle à leur arrivée, une personne déjà déchaînée dans le public. Côté tendance, nous baignons plutôt dans l’univers de la chanson française voire de rue à la Trio ; à moins qu’il ne s’agisse de cabaret, renforcé par la présence d’une contrebasse tenace (NDR : ça rime !) Côté influences, on décèle des traces de Bénabar et de Mano Solo. Leur dernier opus « Ah si j'étais grand et beau » décrit différent profils (« Petit Rasta », « L’homme ordinaire », « Ta femme »…) où chaque texte raconte une petite histoire ou décrit un personnage. L’ambiance est plutôt bon enfant dans la foule. Les plus jeunes déclenchent d’ailleurs une farandole qui s’allonge progressivement pour finir par envahir près de la moitié de la salle. Mais manifestement, Mr. Roux gagnerait à se produire dans un petit café-théâtre ou chapiteau de taille réduite.

Bon vent nous prenne, nous ne traînons pas (encore du moins) au bar, et nous dirigeons sans transition vers l’une des belles surprises de la soirée. Vingt années que Grimskunk roule sa bosse. A ce jour, il compte d’ailleurs huit elpees à son actif. Cet ensemble montréalais est devenu culte au Canada. A cause de sa capacité à mélanger les genres (NDR : et notamment le punk, la prog, le métal, le reggae, le hip hop et la world, parmi d’autres), tout en n’hésitant pas à utiliser différentes langues pour interpréter ses chansons (français, anglais, espagnol, grec et même arabe). Mais à l’issue du show, Sébastien et Bernard ne partageaient pas la même impression. Sébastien estime que ces Canadiens nous ont asséné une véritable claque. Imaginant un mirage rencontré en plein désert au cours duquel une danseuse du ventre ultra-sexy serait admirée sous toutes les coutures. Un spectacle à lui seul ! On passe sans problème de Beastie Boys à Yes. La plupart des spectateurs ont du mal à apprécier ces variations sur la longueur et quittent peu à peu la salle. Mais la cinquantaine de fidèles qui restent jusqu’au bout applaudissent chaleureusement ce qui est indéniablement la révélation de ce vendredi. Au cours de leur set, les compos ont été uniquement interprétés dans la langue de Voltaire et de Shakespeare. Chanteur principal, mais également guitariste (il joue assis), Franz Schuller possède une superbe voix. Claire, pure, profonde, bien timbrée. A tomber sur le cul ! Et second chanteur, le claviériste est le complément idéal de son partenaire. En outre, le duo est bien soutenu par les backing vocaux des autres musiciens. L’équilibre entre tous les instruments frise même la perfection. Mais pour Bernard, la solution sonore est beaucoup trop contaminée par la prog des seventies pour revendiquer un quelconque espace sur la scène contemporaine.

On vous parlait de bar et de bières régionales. La convivialité nous pousse inévitablement à nous enliser de plus en plus au sein du hall central et à délaisser quelque peu les derniers concerts. Mais un rapide (et dernier) coup d’œil s’impose quand même aux Blérots de Ravel. Ils constituent, il ne faut pas le nier, une tête d’affiche, même si ce D’hiver Rock ne défend pas une politique de vedettariat. Déjà présents deux ans plus tôt dans la grande salle de la Maison de la Culture, les Blérots semblent cette fois-ci plus à l’étroit sur le podium. Il faut dire que compter une petite dizaine d’artistes (musiciens, chanteurs, danseurs confondus) prend de la place. Le show en tant que tel n’a pas trop changé. On reste proche de l’univers des Ogres de Barback. Un spectacle qui fait encore recette ; car sur les 400 spectateurs recensés ce vendredi, la plupart sont venus applaudir les Français. La plupart, sauf vos serviteurs mais vous leur pardonnerez bien cette petite liberté.

Lors du dernier festival de Dour, Les Anges s’était fendu d’une excellente prestation. La ravissante, féline, excentrique et toujours aussi sexy Sandra Hagenaar focalise toujours tous les regards. A cause des accès de claviers rognés (le hammond of course !), qu’elle inocule dans la musique. De ses poses excentriques. Puis de sa longue robe noire au dos nu. Et plus on la regarde, plus elle nous fait penser à Uma Thurman, qui avait marqué de son empreinte le film ‘Pulp Fiction’… Elle se sert aujourd’hui d’un theremin, comme chez le John Spencer Blues Explosion. Les trois autres musiciens continuent d’entretenir un rock crade, nerveux, tendu, boosté aux amphétamines, proche de Queens Of The Stone Age, souligné par la voix tour à tour tendre ou rageuse de Renaud Mayeur et balayé de ses riffs de guitare ravageurs. Un véritable ouragan ! Un reproche, si c’en est un : le son était quand même un peu fort…

On n’est pas resté longtemps pour regarder et écouter Amsterdam Klezmer Band. Une formation batave. Un sextet pour cuivres, accordéon, basse et percussions rehaussé, pour la circonstance, par la présence d’une chanteuse. Leur musique juive d’Europe de l’Est est manifestement influencée par le Gipsy et la musique des Balkans et évoque tantôt Emir Kusturica flanqué de son No Smoke Orchestra ou l’Orchestre International du Vetex. Cependant, seule une partie du répertoire du groupe est constituée de morceaux traditionnels. L’essentiel est issu de la plume des membres du groupe. Mais bon, c’était le groupe de trop et on avait plutôt envie d’aller rejoindre les bras de Morphée plutôt que de se farcir un collectif qui aurait pu faire un malheur lors des défuntes danses folkloriques de Tournai.

Les Nuits Botanique 2007 : dimanche 6 mai

Là où le bât blesse, quand on apprécie les deux albums de Jérôme Deuson alias aMute, c'est d'avoir l'impression, à chacun de ses concerts, de s'être trompé de salle. Mais où est donc passée l'élégante tension qui habite ses disques, remplacée sur scène par un magma sonique plus proche des Smashing Pumpkins période « Gish » (notre homme est fan) que de Tim Hecker ou de Intr_Version ? Epaulé en concert par le Sea Horse Band, Jérôme Deuson préfère appuyer fort sur nos certitudes rock'n'roll qu'opter pour l'émotion à fleur de peau (cette putain !) Et ce n'est ni son batteur à la poigne trop véloce ni son bassiste sans cesse tournicotant (un transfuge de Major Deluxe) qui changeront la donne : aMute en concert déçoit parce qu'il veut trop séduire, alors que sur album tout est dans le non-dit et la quiétude introspective.

S'ils sont huit sur scène, les Canadiens de Do Make Say Think se révèlent a contrario plus condensés dans leurs manies post-rock. Deux batteurs, deux trompettistes, un saxophoniste/claviériste, un guitariste, un bassiste et une violoniste : le barnum, pourtant, n'est ici pas une menace? Qu'on se le dise : après plusieurs années d'absence en nos contrées la clique de Montréal (parmi elle, des membres de Broken Social Scene) n'avait pas intérêt à décevoir ses fans. Promo oblige, le set était centré sur les compos de « You, You're a History in Rust », dernier album sorti il y a quelques semaines. Au rayon des classiques, « Horns of a Rabbit », « Classic Noodlanding » ou encore « The Landlord is Dead », bref du post-rock mâtiné de cuivres vaporeux, mais moins accidenté que celui de leurs potes de Godspeed. `J'espère qu'on est meilleurs que la dernière fois, parce qu'à l'époque on avait dû se taper 20h de voyage pour venir jusqu'ici !' Les `Ouh ouuuuh !!!' du public à chaque nouvelle embardée les auront sans aucun doute rassurés : après quasi deux heures d'un live incandescent malgré quelques temps morts, Do Make Say Think quitte la scène avec un grand sourire. Tabernac' quel panache !

G.E.

aMUTE + Do Make Say Think (Botanique)

C'est devant un Cirque Royal entièrement conquis à sa cause que Saule et les Pleureurs ont enchaîné titres intimistes et rythmés, parfois dans des versions inédites, passant du free style au reggae. Les Pleureurs, tout à tour fanfare, troupe de saltimbanques, et véritable groupe, sont décidément les compléments naturels et indispensables de Saule, qui deux ans après leur premier passage aux Nuits Botanique, y reviennent en tête d'affiche, superbement mis en valeur par le décor et les éclairages signés Dragone. Alternant intelligemment chansons lentes et enlevées, Saule a réussi son pari de faire monter l'assistance sur la scène du Cirque Royal, le temps d'une chanson.

De l'émotion, du rythme, un contact toujours sympathique avec son public : Saule, s'il parvient à poursuivre dans cette voie, risque bien de devenir une nouvelle coqueluche des scènes francophones.

 B.H.

 Saule et le Pleureurs (Cirque Royal)

 

Page 60 sur 60